L'autre Collège 

Un collège associatif, citoyen, innovant... différent!

Un COLLÈGE CITOYEN

« Une crise silencieuse frappe aujourd’hui les démocraties du monde. L’éducation se plie aux exigences du marché de l’emploi, de la rentabilité et de la performance… » alors que « des capacités développées de pensée critique et de réflexion sont essentielles pour maintenir les démocraties vivantes et dynamiques ».


Marta Nussbaum (2011). Les émotions démocratiques. Comment former le citoyen du XXIe siècle ?, Editions Climats. Page de garde et page 19.

« À la question “Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?” – question qui reste plus que jamais d’actualité – il est donc urgent d’en ajouter aujourd’hui une autre : “Quels enfants allons-nous laisser au monde ?”. Notre avenir n’est pas écrit. Cela signe notre impératif : éduquer nos enfants pour qu’ils l’écrivent ».


Philippe Meirieu (2009). Lettre aux grandes personnes sur les enfants d’aujourd’hui. Editions Rue du Monde

Favoriser le plaisir d’apprendre et le bien-être scolaire, rendre les élèves « heureux » et « épanouis » est important. Mais dans une société menacée par la pression des individualismes, nous aimerions, surtout:

- Développer chez nos élèves l’esprit critique, la coopération et la capacité à mettre en œuvre des projets collectifs.

- Former des citoyens concernés par le bien commun, confiants dans leur capacité à faire bouger les lignes.

En ce sens, notre projet se situe dans la lignée des « pédagogies critiques ». 

 

 

Des pratiques concrètes, au quotidien

Pour nous, former des citoyens qui seront, demain, engagés dans la vie de la cité et déterminés à agir pour que l’intérêt général l’emporte sur les intérêts particuliers, cela signifie :

 

  • Développer des valeurs de coopération et de solidarité, et non de compétition,
  • Encourager la prise d’initiatives, la recherche de solutions constructives et originales,
  • Favoriser le développement de la capacité de questionnement et de réflexivité,
  • Former des individus qui se sentent concernés par la marche des affaires collectives,  
  • Apprendre à gérer les conflits par le dialogue et la médiation plutôt que par l’affrontement,
  • Savoir penser par soi-même et sortir de la prudence des schémas de pensée dominants,

       apprendre à se forger ses propres convictions et à les défendre.

 

Au delà de simples formules, nous voulons mettre ces principes en action au quotidien grâce à :


  • La pratique de la démocratie à l’école : auto-organisation permanente du faire et du vivre ensemble,
  • La mise en place de projets collectifs qui favorise les initiatives, la coopération, l’entraide.
  • Le développement de la confiance en soi, l’encouragement des idées originales singulières,

       une réflexion collective sur la conformité au groupe et ses limites.

 

 

Former des citoyens concernés par la « marche des affaires collectives »

 

Les sociétés occidentales contemporaines mettent plus que jamais l’accent sur l’importance de la réalisation de soi, sur le développement personnel, sur le « bien être ».

C’est une des raisons pour lesquelles les familles se tournent aujourd’hui vers les pédagogies nouvelles, qui accordent une importance particulière au respect des rythmes individuels et à l’épanouissement de tous les aspects de la personnalité.

Ainsi, écrit Philippe Meirieu à ce propos, « quand il n’y a plus de projet collectif, que les autres et le monde apparaissent comme des dangers, le souci de soi devient primordial. On devient alors très attentif à son corps, à son alimentation, à sa capacité à “être heureux” en revenant en soi. (…) “Etre soi-même” devient le maître- mot »[1].

 

Pour nous, il s’agit de permettre l'épanouissement personnel et l'autonomie de l'élève, mais en le combinant étroitement à son ouverture critique sur la société, le monde hors du paradigme dominant de l'utilitarisme et de la compétivité forcenée. L'enjeu est de l'initier à la coopération solidaire, la construction de projets collectifs, la convivialité créatrice avec vocation de servir avec bonheur le bien commun.



 

[1] Entretien de Philippe Meirieu avec Enrico Bottero : La pédagogie Montessori en France : le sens d’un succès ».